Liban
Tyr – 2017

© Mission archéologique de Tyr

Présentation des campagnes
(par année)


Direction

Pierre-Louis Gatier (CNRS, UMR 5189 – HISOMA)

Participation d’Éveha

Topographie

La dixième campagne de fouille de la mission Tyr s’est déroulée du 2 au 27 octobre 2017. Outre les investigations archéologiques, elle comportait une importante activité de relevés architecturaux ainsi qu’un volet épigraphique. Éveha international est intervenu en la personne de Xavier Husson qui est chargé de la réalisation du travail topographique depuis 2011.

Plusieurs zones ont été concernées par ces travaux de relevés qui impliquent également les archéologues et architectes participant au projet. Cette année, les opérations de terrain ont été les suivantes :

– les sondages ont été poursuivis au nord-est du monument à gradins (secteur 2) où les niveaux en place sont densément conservés, notamment ceux d’habitats de la période hellénistique, ce qui est nouveau pour le site ;

– deux sondages ont été ouverts au sein du complexe thermal byzantin de type impérial (secteur 3). L’ambition était de préciser le phasage de cet imposant monument et du secteur qui l’abrite. Le premier sondage a été réalisé dans le secteur artisanal au sud des bains, l’autre à l’angle ouest du bloc thermal, où se trouve une importante canalisation d’évacuation des eaux, fondamentale pour la compréhension du système hydraulique ;

– enfin, un sondage a été ouvert à l’extrémité ouest de la salle basilicale (secteur 3) dans le but d’obtenir des informations sur les niveaux les plus anciens du secteur (âge du Fer II) ;

– les premières bases d’une étude géoarchéologique du littoral sud de la presqu’île ont également été posées, dans le but de comprendre l’évolution des lignes de côte et d’identifier les installations portuaires successives.

 

Dans le cadre du travail de relevés, l’équipe a entrepris depuis quelques années d’utiliser la technique de la photogrammétrie numérique par corrélation dense (à l’aide du logiciel Agisoft PhotoScan). Les documents ainsi générés constituent des supports complémentaires d’enregistrement des vestiges architecturaux. Ce choix se justifie par la densité des vestiges et le fait que les élévations sont parfois conservées sur de grandes hauteurs, ce qui rend la réalisation de relevés « classiques » assez délicate dans certains cas. La dernière semaine a été consacrée à la vectorisation, au géo-référencement et à la mise au net des relevés servant de base à l’étude architecturale. Ces documents sont notamment utilisés dans le cadre de la monographie en cours de publication.