Portugal
Açores

Friederike Kremer-Obrock, 2015

En 2015, Eveha International a participé aux fouilles sous-marines réalisées sur les îles de Terceira et de Faial, archipel des Açores, en collaboration avec le CHAM (Centre de Recherches en Archéologie et Histoire d'Outre Mer de l'Université Nova de Lisbonne) et sous la direction de José Antonio Bettencourt.

Présentation des campagnes
(par année)


Direction

José Antonio Bettencourt (Centro de História d’Aquém et d’Além-Mar, Université de Lisbonne)

Localisation et résumé historique

L’expansion portugaise et l’exploration de l’Atlantique, initiée au XVe siècle par Infante D. Henrique, laisse place à l’essor de la navigation européenne qui culminera au début du XVIe siècle avec l’établissement de nouvelles routes maritimes. Bénéficiant des contraintes de navigation imposées par les vents et les courants, l’archipel des Açores va rapidement s’assurer un rôle stratégique dans la géopolitique et les échanges commerciaux internationaux.

C’est dans ce contexte que les ports militaires et commerciaux d’Angra do Heroismo sur l’île de Terceira et de Horta sur l’île de Faial s’affirment tour à tour comme des escales techniques et mercantiles incontournables pour les bateaux opérant entre Amérique, Afrique, Asie et Europe. Les côtes açoriennes sont alors fréquentées par les galions espagnols au retour de la Carreira de Indias ou par les navires assurant les transactions entre la Couronne portugaise et ses comptoirs outre mer.

À ce titre, le port d’Angra se dote au XVIe siècle d’une structure militaire imposante et d’un organe douanier et défensif, la Provedoria das Armadas, qui dès 1527, contrôle et garantit la protection des flottes portugaises au retour des Indes, du Brésil et de l’Afrique. Des circuits commerciaux transinsulaires vont également favoriser l’apogée de la ville jusqu’au XVIIIe siècle.

Cependant, malgré une situation géomorphologique privilégiée pour l’implantation d’une zone portuaire, car naturellement protégé par les côtes volcaniques du Monte Brasil, le port était soumis à de très violentes intempéries menaçant la stabilité des mouillages et des bateaux. C’est ainsi plus de 70 naufrages et un cimetière d’ancres sont recensés dans la Baie d’Angra do Heroismo.

Ce vaste patrimoine culturel immergé renferme les témoignages de l’évolution des traditions architecturales navales et des échanges européens entre le XVe siècle et le XIXe siècle.

Historique des recherches

En 2005, le Gouvernement Régional des Açores lance une mesure visant à protéger une partie des sites archéologiques de la Baie d’Angra en créant les Parcs Archéologiques Sous-marins.

Cette initiative est suivie par un projet interdisciplinaire (Pias : 2006-2009) visant à mieux appréhender le rôle du port d’Angra dans la navigation transatlantique du XVIe au XIXe siècle, notamment à travers l’étude préliminaire de plusieurs sites sous-marins (épaves d’Angra A, B, D, E et F). Des recherches bibliographiques exhaustives sont menées conjointement à la réalisation des premiers relevés et au suivi des structures dégagées.

En 2012 un nouveau programme de recherche est lancé par le CHAM, avec le début de la fouille de l’épave d’Angra B, un navire ibérique du XVIe siècle, poursuivi en 2013 par la réalisation de sondages dans la zone centrale de la carène.

En parallèle, sur l’île de Faial, trois années de fouilles préventives sont menées (2009 à 2012) lors de la construction d’un nouveau terminal du port de Horta. Les vestiges d’un navire marchand, probablement anglais, du début du XVIIIe siècle sont mis au jour, ainsi que sa cargaison chargée d’ivoire (BH001). Deux autres sites correspondant à deux bateaux du XIXe siècle (BH004 et BH006) sont identifiés et fouillés.

Participation d’Éveha International

Fouilles subaquatiques Relevés archéologiques

PARTENAIRES

Centro de História d’Aquém et d’Além-Mar (CHAM)