Sultanat d'Oman et Emirats Arabes Unis
Oasiwat

Eveha International participe au projet ANR JCJC : OASIWAT. Dirigé par Louise Purdue (CNRS, CEPAM-UMR 7264, Université Nice Sophia Antipolis) il se déroule entre les Emirats Arabes Unis (Masafi, Dayah et Khatt) et le Sultanat d’Oman (Rustaq).

Présentation des campagnes
(par année)


Direction

Louise Purdue (CNRS, CEPAM-UMR 7264, Université Nice Sophia Antipolis)

Le projet OASIWAT vise à identifier et comprendre les facteurs sociaux et environnementaux qui ont contribué au développement, aux mutations et à la durabilité des oasis en Arabie du sud-est depuis le 3ème mil. av. J.-C. Les oasis, paysages anthropisés cultivés et irrigués, se sont développées et ont évolué dans un cadre socio-économique, technologique et climatique fragile et fluctuant.

L’émergence et l’évolution des espaces oasiens en Arabie du sud-est sont intimement liées à un système socio-économique structuré autour de l’extraction, de la transformation et de l’export du cuivre des montagnes Hajar- qui s’étendent sur presque la totalité des Emirats Arabes Unis et du nord de l’Oman- jusqu’au Moyen Orient, l’Afrique et la péninsule indienne. Les données archéologiques ont mis en évidence des cycles d’emprise et de déprise urbaine et agricole (sédentarisation vs bédouinisation) depuis l’Age du Bronze (ex. emprise: Age du Bronze (3rd mil. av. J.-C.), Age du Fer II (1300-600 av. J.-C.), Période Islamique tardive (14-17th c. apr. J.-C.); déprise: fin de l’Age du Bronze (2000-1300 av. J.-C.), Age du Fer III (600-300 av. J.-C.)). Toutefois, ces données sont lacunaires pour les périodes intermédiaires (fin de la période préislamique/empire Sassanide/début de la période Islamique (300 av. J.-C.-1400 apr. J.-C). Cette absence repose en partie sur l’idée que les oasis passées sont une rétroprojection des actuelles et leur dimension diachronique est niée. Par ailleurs, ces dynamiques de peuplement sont souvent directement connectées aux changements climatiques. Malheureusement, l’état de nos connaissances sur les dynamiques paléoenvironnementales qui ont prévalu en Arabie après 4200 BP est très partiel. En effet, les recherches sur l’évolution du climat se sont principalement concentrées sur le début-milieu de l’holocène. Par conséquent, la corrélation entre climat, disponibilité et gestion des ressources, dynamiques de peuplement et systèmes socio-économiques ne reste que partiellement comprise. 

Historique des recherches 

Le projet a débuté à la fin de l’année 2016.
A terme, le projet permettra une compréhension intégrée de ces oasis passées et les communautés agricoles qui les ont construites, aménagées et entretenues faces aux contraintes hydro-climatiques et édaphiques, tout en contribuant au nécessaire débat sur leur durabilité et leur préservation. Ce projet propose une reconstruction innovante de ces paysages à partir de l’analyse intégrée, diachronique et multi-scalaire des hydro-agrosystèmes oasiens qui les structurent, et dont on suppose qu’ils sont des réponses adaptées aux contraintes démographiques, hydro- et morpho-sédimentaires. Cette étude sera confrontée dans un second temps aux données locales et régionales sur les évolutions morphologiques, climatiques et humaines (système de peuplement et organisation du territoire) dans les montagnes al Hajar. Deux taches ont été définies :
1- Estimer l’évolution de la disponibilité des ressources en eau et en sol en construisant un cadre géomorphologique, paléo-hydrologique et climatique régional depuis les 5 derniers millénaires. Ce cadre sera établi à partir de l’étude multi-proxy d’un ensemble d’archives paléoenvironnementales (éoliennes, fluviales, côtières) à l’échelle des bassins versants, de même qu’un cadre chronologique solide –OSL et datations 14C.
2- Comprendre l’émergence et l’évolution des hydro-agrosystèmes oasiens à partir de : a/ la création d’un modèle 3D des oasis actuelles et passées ; b/ la combinaison novatrice de méthodes interdisciplinaires sur le terrain et en laboratoire (géoarchéologie, agronomie, archéologie, (paléo)pédologie –micromorphologie, géochimie, ethnopédologie -paléo-botanique) ; c/ la mise en place d’un cadre chronologique précis à partir de datations 14C et OSL.
Le projet portera sur l’étude de 3 oasis dans les montagnes Hajar (Masafi-Emirat de Fujairah, Rustaq-Sultanat d’Oman, et les oasis de Dayah et Khatt – Emirat de Ras al Khaimah) sélectionnées pour leur localisation géographique unique en Arabie du sud-est (en termes de ressources et de climat), pour la présence d’archives sédimentaires bien préservées et la possibilité de construire des référentiels solides. L’étude de ces espaces permettra une meilleure compréhension des adaptations humaines, économiques et sociales aux contraintes hydro-climatiques. La création de modèles diachroniques technologie-climat contribuera ainsi à la déconstruction du « modèle oasien » et permettra en conséquence d’alimenter le débat sur la gestion raisonnée de ces espaces fragilisés et précieux. 

Participation d’Éveha International

Malacologie

PARTENAIRES

– CNRS (CEPAM-UMR 7264 ; Archéorient-UMR 5133 ; Paris 12-LGP, UMR 8591 ; MOM-UMR 8167 ; LOV-UMR 7093 ; CEFAS Koweit-USR 3141 ; CREEAH-UMR 6566)
– Durham University
– Freiburg University
– Fujairha Tourism and Antiquity
– Ras al Khaimah Department of Antiquities and Museum
– Sultan Qaboos University
– Anglo-Omani Society