Italie
Pompei – Fortuna

© Mission archéologique de Pompéi

Eveha International est associé à l'étude du temple de Fortune Auguste à Pompéi. Ce projet est dirigé par William Van Andringa (Université de Lille III, CNRS).

Présentation des campagnes
(par année)


Direction

William Van Andringa (Université Lille III – CNRS, UMR 8164 – HALMA-IPEL)

Localisation et résumé historique

La ville de Pompéi est située au sud de l’Italie, dans la baie de Naples. Il s’agit d’une ancienne ville côtière de près de 60ha, enclose dans un rempart et densément peuplée. Fondée dès le VIIe siècle avant notre ère, la ville était devenue colonie romaine en 80 av. J.-C. En 79 ap. J.-C., elle est largement ensevelie par d’importants dépôts volcaniques issus de l’éruption du Vésuve. La ville est abandonnée à la suite de cette catastrophe, non sans qu’une partie des matériaux la constituant n’ait été préalablement récupérée.

Au cœur de la ville, près du forum, Marcus Tullius, figure importante de l’aristocratie pompéienne, avait financé la construction d’un monument public. Dédié à Fortune Auguste, il s’agissait d’un temple corinthien pseudopériptère construit sur un terrain appartenant à l’évergète, puis offert à la cité. Une inscription retrouvée sur place assure que les premiers ministres du temple ont été nommés par la cité en 3 ap. J.-C, mais le monument avait été achevé avant. Par la suite, le bâtiment a connu certaines transformations – notamment une réfection de l’abside – qui sont peut-être la conséquence du tremblement de terre de 62 ap. J.-C.

Après l’éruption, une partie de ses matériaux a été récupérée avant que le temple de Fortune Auguste ne soit définitivement abandonné.

 

Historique des recherches

La ville de Pompéi est redécouverte fortuitement à la toute fin du XVIe siècle. Mais c’est à partir du XVIIIe siècle que le site est fouillé de manière intensive. Le temple de Fortune Auguste a été dégagé au cours des années 1823 et 1824. Depuis, il a été maintes fois reproduit et mentionné. Toutefois, ce monument n’avait jamais fait l’objet d’une véritable étude monographique. Pour pallier à cette lacune, un programme de recherche a été lancé en 2008 à l’initiative de William Van Andringa (CNRS).

Ce projet vise à mieux connaître et comprendre l’architecture du temple : à quoi celui-ci ressemblait-il ? Quelles transformations a-t-il connu au cours du temps ? Et, enfin, comment s’est organisé le chantier de sa construction ? Mais l’objectif est également d’analyser le temple en fonction de sa place dans la cité et de s’interroger sur le passage d’un espace privé à un espace public. Enfin, la fouille des abords du temple a permis de descendre jusqu’au substrat en différents endroits. Grâce à ces fenêtres, il est possible d’esquisser l’évolution urbaine de ce quartier sur la longue durée, de ses origines jusqu’au tremblement de terre de 79 ap. J.-C.

Les campagnes de fouilles se sont déroulées entre 2008 et 2012. Depuis 2013, les missions sont consacrées à la publication de l’ensemble des recherches.

Participation d’Éveha International

Recherche archéologique, étude du petit mobilier

PARTENAIRES

École Française de Rome (France)

Université de Lille III (France)

Association Arkeolan, Musée Oiasso d’Irun (Espagne)

Soprintendenza par i Beni Archeologici di Napoli e Pompei (Italie)

PUBLICATIONS

William Van Andringa, Amaia Basterretxea, Jean-François Bernard, Carole Chevalier, Arnaud Coutelas, Thomas Creissen, Franck Decanter, Xavier Deru, Djamila Fellague, Antoine Gailliot, Johannes Laiho, Aitziber Lekuona, Tuija Lind, Christophe Loiseau, Véronique Matterne, Maria Jose Noain, Tarek Oueslati, Maria Mercedes Urteaga, Vincent Lallet et Mark Robinson, « M. Tullius et le temple de fortune Auguste à Pompéi (campagnes de fouille et d’étude 2008-2010) », Mélanges de l’École française de Rome – Antiquité, 123-1 | 2011, 359-366.

Télécharger

William Van Andringa, « Pompéi. M. Tullius et le temple de Fortune Auguste », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, Les cités vésuviennes | 2013.

Télécharger