États-Unis d'Amérique
Sadie Cove

L'Opération Sadie Cove (Sadie Cove Project) est conduite par Sébastien Perrot-Minnot, archéologue d'Eveha International, sous l'autorité du Bureau de l'Histoire et de l'Archéologie de l’État de l'Alaska (Alaska Office of History and Archaeology). Elle se rapporte au site d'art rupestre de Sadie Cove, un abri rocheux de la côte méridionale centrale de l'Alaska (États-Unis) orné de peintures.

Présentation des campagnes
(par année)


Direction

Sébastien Perrot-Minnot (Éveha International)

Présentation générale et résumé historique

L’abri orné de Sadie Cove se trouve dans la partie méridionale centrale de l’Alaska (États-Unis), dans la péninsule de Kenai, sur la rive d’un fjord qui débouche sur la baie de Kachemak ; celle-ci s’ouvre sur le Golfe du Cook, qui fait lui-même partie du Golfe de l’Alaska (Pacifique Nord). Trois autres sites de peintures rupestres ont été découverts sur la baie de Kachemak : Peterson Bay, Bear Island et Indian Island. D’ailleurs, en Alaska, l’art rupestre a été principalement signalé le long des côtes du Golfe de l’Alaska et de ses subdivisions. Notons que, de par sa localisation dans l’estran, le site archéologique de Sadie Cove appartient à l’État de l’Alaska.

 

Les peintures de Sadie Cove sont de couleur rouge, et représentent, en particulier, des mammifères terrestres et marins composant une scène. Elles sont très altérées et n’ont pas pu être associées à un contexte archéologique. Il faut dire qu’il est difficile d’envisager de fouiller l’abri, dont le sol est balayé par une forte marée. Ajoutons que le site d’occupation pré-européen le plus proche connu est distant de quelque 4 km.

 

Historique des recherches 

Les premières recherches sur le site ont été réalisées au début des années 1930, par Frederica de Laguna. Cette archéologue et anthropologue a effectué des relevés et produit un dessin des peintures, qu’elle a rapprochées d’autres manifestations rupestres de la région du Golfe de Cook. D’après elle, les peintures de Sadie Cove étaient « les plus intéressantes au point de vue artistique » (de Laguna 1933). Elle les attribuait aux « Eskimo », et estimait qu’elles devaient remplir une fonction rituelle. Par la suite, le site a fait l’objet de quelques recherches ponctuelles, donnant lieu à de nouveaux relevés. La documentation des vestiges a notamment été enrichie par l’archéologue et historienne Janet Klein, à partir des années 1990. Par ailleurs, dans les années 2000, l’anthropologue Melissa Baird a entrepris une étude comparative des pictogrammes de la région du Golfe de Cook (y compris ceux de Sadie Cove) et de la baie du Prince William, tout en menant une réflexion sur les dynamiques culturelles et les pratiques rituelles que pourraient refléter les manifestations rupestres.

 

L’Opération Sadie Cove (officiellement connue sous le nom de Sadie Cove Project) a été conçue pour rassembler des éléments et développer des réflexions sur l’affiliation culturelle, la période et la fonction des vestiges archéologiques concernés, tout en bénéficiant à l’enregistrement, à la préservation et à la mise en valeur de ce patrimoine précieux et très vulnérable. Le projet est dirigé par Sébastien Perrot-Minnot, archéologue d’Eveha International, sous l’autorité du Bureau de l’Histoire et de l’Archéologie de l’État de l’Alaska (Alaska Office of History and Archaeology), et en relation avec le Musée Pratt de Homer.

Participation d’Éveha International

Direction de la mission

PARTENAIRES

Alaska Office of History and Archaeology