Angkor – Mebon occidental

P. Royère © EFEO - Projet de restauration du Mébon Occidental

En 2015, deux archéologues d'Éveha International ont été associés à une campagne de fouille réalisée dans le cadre du projet de restauration du temple du Mébon Occidental, au Cambodge. Ce projet est dirigé par Marie-Catherine Beaufeïst (Architecte du patrimoine - École Française d'Extrême-Orient).

Présentation des campagnes
(par année)


Direction

Marie-Catherine Beaufeïst (École Française d’Extrême-Orient)

Localisation et résumé historique

 

Le Mébon Occidental se situe à l’Ouest du Parc archéologique d’Angkor, sur un îlot artificiel émergeant des eaux au centre du Baray Occidental (bassin-réservoir d’eau de 8 kilomètres de long sur 2,1 kilomètres de large). Daté du règne d’Udayaditiavarman II (1050-1066), il présente une composition architecturale originale doublée d’une vocation cultuelle intrigante.
Une plate-forme quadrangulaire, orientée Est-Ouest, est pourvue d’un bassin carré (installé sur la moitié Ouest de l’emprise), dont les pourtours sont parementés de gradins en grès réguliers surmontés d’un mur d’enceinte. Chaque façade est dotée de trois gopuras ou tours d’entrée. Le centre de ce bassin est occupé par un édicule également habillé de grès et doté de deux puits juxtaposés sur l’axe Est/Ouest. Le puits occidental, circulaire et parementé de grès gris, a livré les restes d’un Visnu couché en bronze (ou Vishnu se reposant sur l’Océan cosmique), découvert par Maurice Glaize (École Française d’Extrême-Orient) en 1936. Il est actuellement conservé au Musée National de Phnom Penh. Une chaussée axiale relie l’édicule central à la façade Est sous la forme d’une levée de terre, recouverte de petits blocs de latérite.
Très largement abîmé aux cours des siècles (ensablement de la façade Est, ¾ de la structure effondrée), le Mébon Occidental a connu une phase de restauration de décembre 1942 à décembre 1944 par Maurice Glaize. Elle concernait le dégagement des gradins, le nettoyage du puits circulaire et l’anastylose du mur d’enceinte et des tours de la façade Est. Il découvrit le second puits, de forme carrée, parementé et dallé en grès, équipé d’une margelle de 4 pierres dressées ?

 

Historique des recherches

 

Initié en 2012 par Pascal Royère et poursuivi par Marie-Catherine Beaufeïst depuis 2014, un nouveau programme de restauration est entrepris dans le cadre d’un Fonds de Solidarité Prioritaire conduit par les ministères français des Affaires étrangères et du développement international, de la Culture et de la communication et de l’Enseignement supérieur et de la recherche. L’EFEO est associée à l’autorité APSARA (Cambodge) pour diriger la restauration du temple tout en menant des fouilles archéologiques pour comprendre le fonctionnement de ce temple nilomètre dans un contexte hydraulique particulier.
Sur le terrain, ce projet a débuté au printemps 2012, par la réalisation d’un diagnostic archéologique dans le Baray asséché, travaux préalables aux opérations d’endiguement du temple. Des tranchées mécaniques et des sondages manuels réalisés autour du temple ont été réalisés en amont de la construction d’une digue de protection, construite pour assécher une bande de terre large d’une trentaine de mètres afin de permettre la réalisation des travaux de restauration (circulation, installation des engins, champ de dépose des blocs, etc.).
Depuis l’automne 2012, de nombreuses campagnes de fouilles archéologiques (sondages et tranchées) ont été réalisées en parallèle de l’avancée du projet de restauration utilisant la méthode de l’anastylose. Ces fouilles complètent la documentation disponible sur ce temple partiellement connu, notamment en ce qui concerne ses fondations, son architecture, ses différentes phases de construction et d’occupation, etc. La documentation acquise ces dernières années a permis d’établir que l’histoire de ce temple est plus complexe que celle envisagée auparavant.

Participation d’Éveha International

Fouille archéologique

PARTENAIRES

École Française d’Extrême-Orient
Authority for the Protection and Management of Angkor and the Region of Siem Reap (Cambodge)