Mongolia
Tamir Ulaan Khoshuu

© mission archéologique de Tamir Ulaan Khoshuu

La fouille du site de Tamir Ulaan Khoshuu est co-dirigée par le Professeur Tsagaan Turbat (Institut d’Histoire et d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Mongolie), par le Professeur Eric Crubezy (Université de Toulouse III Paul Sabatier), et bénéficie de la participation et du soutien de l’Institut des Déserts et des Steppes dont la direction scientifique est assurée par le Professeur Pierre-Henri Giscard.

The excavation campaigns
(by years)


Direction

Pr. Eric Crubézy (Université Toulouse III Paul Sabatier)

Pr. Tsagaan Turbat (Institut d’Histoire et d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Mongolie)

Pr. Pierre-Henri Giscard (Institut des Déserts et des Steppes)

Localisation et résumé historique 

 

L’objet de l’étude de cette nécropole de la période Xiongnu (3ème siècle BC-2ème siècle AD), dont il s’agissait ici de la quatrième campagne de fouille, est de mieux comprendre les pratiques funéraires, et plus généralement la culture de cette population qui entretenait d’étroites relations avec les Han de Chine.

Cette nécropole est située dans la région de l’Arkhangaï, en plein centre de la Mongolie. Implantée sur une surface d’environ 22 hectares, elle est située à flanc de colline et surplombe la plaine inondable de la rivière Tamir.

En parallèle de cette fouille, une étude paléogénétique sur les restes osseux issus des tombes est conduite. Elle a pour objectif une meilleure compréhension des modalités de peuplement des steppes de Mongolie et de Sibérie.

 

Historique et problématique des recherches 

 

Les questions posées par la fouille de cette nécropole sont nombreuses.

Elles concernent avant tout bien sûr la population inhumée ici et ayant nomadisé dans les steppes alentours : qui était-elle ? quelles relations entretenait-elle avec les autres populations des steppes ? Quel était son degré d’échanges et d’interactions avec son puissant voisin de Chine, les Hans ?

Elles concernent également le mode de fonctionnement de la nécropole dans le temps et dans l’espace. Des datations absolues devront donc bien sûr être réalisées afin de comprendre l’évolution chronologique de cette dernière. Ces données chronologiques associées aux études anthropologiques devraient permettre de mieux comprendre le recrutement au sein de cette nécropole : était-elle destinée à accueillir l’ensemble de la population ? Ou au contraire y-a-t-il eu un recrutement spécifique en fonction de critère socio-culturels prédéfinis ?

Enfin en dernier lieu, les études paléogénétiques permettront d’éclairer d’une lumière nouvelle l’importance et le rôle des relations familiales au sein de ces populations nomades.

How Eveha International Participates

Archaeological investigations

PARTNERS

Universtié Toulouse III Paul Sabatier

Institut d’Histoire et d’Archéologie de l’Académie des Sciences de Mongolie

Institut des Déserts et des Steppes

Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

Laboratoire AMIS – UMR 5288 du CNRS