Notre
Équipe

Éveha International's members are all researchers engaged in the archaeological research in France and abroad. Holders of a master's degree or a PhD, most of them are also integrated in university teams or research laboratories. Today, the great diversity of our competences and fields of investigation allows us to intervene in most of the fields of current research.

The excavation campaigns
(by years)


Corentin Biets

PhD.
UMR 7194

Concrétisant la collaboration entre Éveha et l’UMR 7194 du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris, Corentin Biets a été recruté en tant que doctorant en CIFRE depuis 2019. Spécialisé en Préhistoire ancienne, il se focalise sur l’étude des premiers peuplements de l’Asie du Sud-Est insulaire.
Ses recherches visent à mieux intégrer, à travers des méthodologies innovantes, les populations locales dans l’enregistrement des vestiges afin de favoriser leur conservation. Il intervient également sur la fouille du site de Khor Jarama en Oman.

Christelle Chouzenoux

Master degree
UMR CHAM, Lisbonne

Responsable d’opération adjointe et topographe hyperbare, Christelle Chouzenoux a intégré le service de plongée d’Éveha en 2015. Elle est titulaire d’un master II en histoire de l’art/patrimoine à l’Université Lumière Lyon II, et d’un Master II en archéologie sous-marine à l’Université Fernando Pessoa, Porto.
Spécialisée en architecture navale, elle intervient tant en contexte sous-marin que subaquatique. Elle travaille également autours des ports maritimes et des ancrages, ainsi que sur les échanges transatlantiques, après avoir collaboré pendant plus de huit ans aux fouilles sous-marines menées sur différentes épaves aux Açores.
Chercheure associée à l’UMR du CHAM (Lisbonne), elle participe notamment aux campagnes de travaux sous-marins menés aux Açores et sur le littoral portugais. Elle débute également en 2020 la fouille programmée d’une épave mérovingienne à Saint-Vaize (France).
Elle est enfin la coordinatrice Éveha international du projet Concha (Marie Skłodowska-Curie Research and Innovation Staff Exchange – RISE), axé sur l’étude de l’espace atlantique entre la fin du XVe et le XVIIIe siècles.

Thomas Creissen

PhD

Titulaire d’un doctorat et enseignant à l’Université, Thomas Creissen s’est impliqué dans de nombreuses fouilles archéologiques en France comme à l’étranger. Depuis 2013, il dirige Éveha International et supervise l’activité en Europe.

Cyril Driard

Master degree

Responsable d’opération à Éveha, Cyril Driard a fait ses études à l’université François Rabelais de Tours où ses recherches ont porté sur les dispositifs hydrauliques de l’époque romaine. Désormais spécialisé dans les agglomérations protohistoriques et antiques en France métropolitaine, il participe ponctuellement à des missions internationales en tant qu’archéologue, telles que le temple de la Fortune Auguste à Pompéi (Italie), à Banbhore (Pakistan) ou le site de Dadan à Al-Ula (Arabie Saoudite).

Pierre Dumas-Lattaque

Master degree
UMR 5607 Ausonius

Titulaire d’un master 2 professionnel de l’université de Nantes, Pierre Dumas-Lattaque a intégré Éveha comme responsable de secteur en 2013 avant de devenir responsable d’opération en 2017. Spécialiste de la période antique, il participe au projet collectif de recherche (PCR) « Limites et périphéries de Saintes antique : évolution topographique entre le Ier siècle a.C. et le Ve siècle p.C. » et travaille sur les données inédites issues de la fouille du passage Saint-Julien à Saintes.

Chercheur associé à l’UMR 5607 Ausonius, il travaille notamment sur la ville antique de Périgueux. Dans le cadre d’Éveha international, il participe à la mission archéologique de Thâj et de Dadan (Arabie Saoudite) sous la direction de Jérôme Rohmer (CNRS),

Daniel Étienne

Master degree

Daniel Etienne est titulaire d’un master en Histoire et Archéologie Médiévale obtenu à l’Université de Rouen. Si son domaine d’étude était à l’origine le monde médiéval anglo-normand, il participe depuis 2013 à plusieurs projets d’Éveha International très éloignés de ce domaine. Il a ainsi réalisé la topographie de plusieurs missions CNRS sur des sites de l’âge du Bronze en Irak et au Liban et a dirigé les équipes de fouilles dans la ville médiévale de Qalhât (Sultanat d’Oman) et dans le village abandonné de Jazirat Al Hamra (Émirats Arabes Unis).

Chloé Girardi

phD.
UMR 5140 – ASM

Chloé Girardi, chercheure associée à l’UMR 5140 – ASM (Université Paul-Valéry Montpellier 3), a rejoint Eveha en 2020 en tant que responsable de secteur et archéo-anthropologue.
Spécialiste des pratiques mortuaires égyptiennes prédynastiques et du début de l’ére dynastique (IVe-IIIe millénaires av. n.è.), elle est titulaire d’un doctorat en Archéologie (Spécialité Préhistoire, Protohistoire et Paléoenvironnements méditerranéens et africains) préparé à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.
Depuis 2007, elle a pris part à de nombreux chantiers archéologiques en France pour se former aux principes et méthodes de l’archéothanatologie. Depuis 2017, elle participe, en tant qu’archéo-anthropologue, à la fouille de plusieurs sites funéraires en France et à l’étranger. Elle est notamment membre de trois projets soutenus par Eveha International : la mission archéologique de Dendara (Égypte), le Dadan Archaeological Project (Arabie Saoudite) et le projet Tell Qilah (Territoire Palestiniens).

Aurore Lambert

phD.
UMR 7268

Aurore Lambert (Phd.) currently works as a research engineer and excavation manager at the Eveha-Troyes agency. She is a research fellow of the lab. of Bio-cultural Anthropology, Law, Ethics and Health (ADÉS, UMR 7268, Aix-Marseille University, CNRS, EFS, Marseille, France) for whom she had participated in the supervision of several MA and research classes. She has a doctorate from the University of Aix Marseille in biological anthropology dealing with the restitution of gestures and behavorial patterns from past populations thanks to activities osteoarticular markers and medical imaging in particular. Her research themes currently revolve around ancient papillary traces (on pottery, plaster …) and their contribution to the restitution of archaeological contexts. Two national and international projects have already been carried out with several partners: the study of papillary traces in potters workshops in Lezoux and Pompeii. Finally, she regularly takes part in excavation and research missions abroad, such as that of the Porta Nocera necropolis in Pompeii (dir. Andringa, AOrOc / EPHE, Duday, PACEA, Creissen, Eveha International).

Anaïs Lebrun

Master degree
UMR 7206

Anaïs Lebrun est archéo-anthropologue de terrain, spécialiste des inhumations gallo-romaines.
Après l’obtention d’un master 1 en archéologie des périodes historiques puis d’un master 2 professionnel à Paris 1 en 2010, ses travaux auprès de nombreux opérateurs d’archéologie préventive ou programmée l’ont amenés à intervenir sur des ensembles funéraires de l’âge du Fer à l’époque médiévale dans le Bassin parisien.

Depuis 2016 elle est membre associée de l’UMR 7206 Éco-Anthropologie du Muséum National d’Histoire Naturelle, au sein de l’équipe ABBA Anthropologie Biologique et Bio-Archéologie. Son travail au sein d’Éveha et de l’UMR 7206 l’ont conduite à collaborer respectivement avec l’École française de Rome en 2019 sur la nécropole de Porta Nocera à Pompéi, et avec la Section Française des Antiquités du Soudan de 2014 à 2016 sur la nécropole de Kadruka KDK 23.

Aurélie Mayer

Master degree

Archéo-anthropologue depuis 2005, Aurélie Mayer est aujourd’hui responsable d’opération à Éveha pour des périodes allant du Moyen Âge à l’époque contemporaine.
Elle participe en parallèle depuis 2018 au projet Concha (Marie Skłodowska-Curie Research and Innovation Staff Exchange – RISE), au sein duquel elle porte un projet de recherche sur les dépouilles de marins exhumés sur les côtes des pays membres du projet.
Aurélie Mayer est également membre de plusieurs projets collectifs de recherche (PCR) : le Projet d’Étude des Sépultures en Temps d’Épidémie (PESTE, coord. de M. Signoli), l’Archéo-Anthropologie Des Conflits (ArcAnDCo, coord. de M. Signoli) et l’Évolution du terroir de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) du Ve au XIIe siècle (coord. de C. Gonçalves-Buissart).
Au sein du conseil d’administration du Groupe d’Anthropologie et d’Archéologie Funéraire (GAAF) depuis 2015, elle a contribué à mettre en place en 2016 le nouveau site internet de l’association, puis sa version anglophone en 2019, et participe depuis à ses mises à jour ainsi qu’aux activités de l’association.

Nordine Ouraghi

phD.
HAROC-ArScAn

Docteur en archéologie du Proche-Orient ancien, le domaine de spécialité de Nordine Ouraghi est la glyptique proche-orientale. Ses recherches portent sur la fonction et l’emploi des sceaux et des scellements en Haute-Mésopotamie et au Moyen-Euphrate entre la 2de moitié du 3e millénaire et la 1ere moitié du 2nd millénaire av. J.-C. Entre 2007 et 2010, il a été responsable de chantier de deux missions archéologiques en Syrie : à Chagar Bazar (gouvernorat de Hassaké) et à Tell Nasriyah (gouvernorat de Hama). Chercheur associé à l’équipe HAROC (Histoire et Archéologie de l’Orient Cunéiforme)-ArScAn depuis 2012, il a poursuivi ses recherches et les fouilles archéologiques en Orient parallèlement à son activité en France. Ainsi, dans le cadre d’Eveha International, il a participé à trois campagnes de fouille à Kunara (kurdistan irakien) en tant que responsable de chantier entre 2012 et 2016. Il a collaboré aux articles présentant les résultats des missions dans la revue Akkadica, tandis qu’un ouvrage sur les quatre premières campagnes est en préparation.
En 2017, il a numérisé, documenté et enregistré la collection de sceaux-cylindres de la BnF dans le cadre d’un post-doctorat avec le Labex « Les passés dans le présent » et en partenariat avec le programme de recherche international CDLI (Cuneiform Digital Library Initiative) dirigé par Jacob Dahl, (Wolfson College of Oxford) ainsi que Bertrand Lafont (CNRS-HAROC). Cet important projet a donné lieu à la création du site SESPOA (Sceaux et Empreintes de Sceaux du Proche-Orient Ancien) et de notices sur le site du Ministère de la Culture Sauvegarde du Patrimoine du Proche-Orient sur la glyptique proche-orientale.

Sandrine Paradis-Grenouillet

phD.
UMR 6042 Geolab

Sandrine Paradis-Grenouillet est docteure en géographie de l’université de Limoges. Son parcours académique et ses différentes expériences professionnelles la positionnent aujourd’hui comme une spécialiste des interactions hommes/forêts sur la longue durée. À la croisée des sciences humaines et sociales et des sciences naturelles, ses recherches conduisent à une meilleure compréhension des géosystèmes forestiers à l’échelle de l’Holocène récent. Sa démarche pluri et inter-disciplinaire, associant l’anthracologie et la dendrologie, la géographie et la géohistoire, est un atout pour lever des verrous qu’ils soient méthodologiques ou encore liés au cloisonnement disciplinaire.
Salariée à Éveha depuis 2015, elle a réalisé un post-doctorat Marie Curie à l’université de Padoue pour étudier l’histoire des forêts des Colli-Euganei (Vénétie, Italie) à travers l’analyse la pratique du charbonnage.
Sandrine Paradis-Grenouillet est membre associée au laboratoire Géolab UMR 6042 CNRS. Son investissement pour la recherche se traduit par une participation à des projets de recherche régionaux, nationaux et internationaux, par l’organisation de colloques internationaux ou encore par une activité de publication régulière. Elle a participé à l’étude anthracologique du site de la Porta Nocera à Pompéi, et porte actuellement un projet collectif de recherche (PCR) « Du bois pour Limoges. XIe XIXe siècles, quand la ville transforme les paysages forestiers ».

Sébastien Perrot-Minot

phD.
EA 929 AIHP GEODE ; UMIFRE 16 CEMCA

Sébastien Perrot-Minnot est docteur en anthropologie-ethnologie-préhistoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est spécialisé en archéologie précolombienne, et a notamment travaillé sur la question des identités culturelles et sur l’art rupestre, en Amérique Centrale, aux Antilles et en Alaska. Depuis 2017, il conduit un programme de recherches sur l’art rupestre natif de la baie de Kachemak, dans le centre-sud de l’Alaska.

Sébastien Perrot-Minnot est chercheur associé à l’EA 929 AIHP GEODE (Université des Antilles) et au Centre d’Etudes Mexicaines et Centraméricaines (CEMCA, UMIFRE 16).

Yannick Prouin

phD.

Titulaire d’une thèse de doctorat obtenue en 2007 à l’Université de Bourgogne (Dijon) sur les pratiques funéraires à la fin de l’âge du Bronze en Alsace, Yannick Prouin est responsable de secteur et archéo-anthropologue chez Eveha depuis 2014. Ses recherches récentes portent sur les pratiques funéraires protohistoriques dans le Centre-Ouest de la France. Il participe également à des missions archéologiques à l’étranger depuis 2010 (Egypte, Cambodge, Sultanat d’Oman et Syrie).

Laudine Robin

phD.
UMR 5138, MOM

Laudine Robin est responsable d’opération à Éveha pour la période antique et spécialiste du verre antique, médiéval et moderne. Elle a effectué un doctorat à l’université Lyon 2 sur « Le verre à Lyon-Lugdunum durant le Haut-Empire : production et consommation ». Par la suite et pendant plus de deux ans, elle a effectué des contrats auprès d’opérateurs d’archéologie préventive, entrecoupés de vacations au CNRS comme responsable de secteur sur la fouille programmée du site de Beni Salama (Egypte, dir. M.-D. Nenna, Hisoma) et comme enseignante vacataire à l’Université Lyon 2. Cela lui a ainsi donné l’opportunité de travailler sur des ensembles antiques, médiévaux et modernes dans des contextes variés, allant du domaine funéraire au monde domestique, des secteurs artisanaux aux ensembles cultuels.

Recrutée en 2014 à Éveha, elle étudie dorénavant les problématiques relatives aux gestes et aux pratiques funéraires et poursuit ses recherches sur l’artisanat verrier grâce notamment aux découvertes de vestiges de plusieurs ateliers datés de la fin de l’âge du Fer aux premiers siècles de notre ère.

Son intégration au sein du laboratoire UMR 5138 MOM (Lyon) lui permet de poursuivre ses programmes de recherche et ses collaborations avec les différents acteurs de l’archéologie. Elle participe également à plusieurs programmes de recherche à l’étranger. Elle appréhende ainsi notamment les dépôts en verre en contexte funéraire à Porta Norcera à Pompéi (Italie, dir. par William Van Andringa, université Lille 3) ; la diffusion des verreries dans les contextes domestiques sur le site de Pegharinos (Portugal, dir. Tony Silvino, Eveha) ; enfin, les vestiges du site du Chêne du Mambré à Hébron (Cisjordanie, dir. Vincent Michel, université de Poitiers), offrent l’opportunité à Laudine Robin de travailler sur un contexte cultuel oriental.

Depuis 2017, elle est experte en commission CTRA Rhône-Alpes-Auvergne-PACA-Corse au titre de représentante d’un opérateur privé.

Christophe Sévin-Allouet

phD.
UMR 7041 ArScAn

Christophe Sévin-Allouet did a PhD in Anthropology-Ethnology-Prehistory at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne and at the Maison Française d’Oxford (UK). He works especially in prehistoric archaeology.
Since 2005 he is involved in many archaeological projects in France and abroad, and since 2017 he has been conducting a research program on funerary practices in the Sultanate of Oman.
He joined Eveha International company in 2013 where he is in charge of promoting and developing projects in Middle-East and South-East Asia.
Christophe Sévin-Allouet is associate researcher to the UMR 7041 ArScAn.

Tony Silvino

Master degree
UMR 5138

De formation antiquisante à l’Université Lumière Lyon 2 et chercheur associé à l’UMR 5138 Archéologie et Archéométrie, Tony Silvino travaille dans l’archéologie préventive française depuis 2001 au travers de diverses structures.
Depuis 2013, il est responsable d’opération au bureau d’études Eveha pour la période antique. Ses travaux de recherche, qui concernent autant l’archéologie urbaine que rurale, ont fait l’objet d’un nombre important de publications et de communications. Toy Silvino est également céramologue spécialisé dans les périodes gallo-romaine (Haut-Empire et Antiquité tardive) et médiévale.
Il mène enfin des fouilles programmées dans la région lyonnaise et au Portugal où il dirige depuis 2001 de nombreuses fouilles liées à l’habitat rural dans les campagnes de la Lusitanie romaine.